Installer Neverwinter Nights sur Ubuntu

Dans cet article, nous allons voir comment installer Neverwinter Nights sur Ubuntu. L’installation se base sur la version GOG (Diamond Edition) contenant le jeu de base, ses deux extensions (Shadows of Undrentide et Hordes of the Underdark), ainsi que trois modules premium (Kingmaker, ShadowGuard et Witch’s Wake).

La dernière version en date de Neverwinter Nights en VO est la 1.69. La VF est restée en 1.68, le support du jeu ayant été abandonné alors qu’une bêta 1.69 était en cours de finalisation. Le jeu disponible chez GOG propose ces deux versions. J’ai néanmoins choisi de proposer l’installation de la plus récente, qui corrige de nombreux bugs, et l’article concernera donc la version 1.69 anglaise patchée en français avec cette bêta. Elle est un peu buggée mais rien de dramatique : quelques coquilles et problèmes liés à des variables qui n’empêchent pas de jouer. Si vous préférez installer la version française 1.68 officielle, vous trouverez à la fin de l’article le client et l’ensemble des patches sortis par Bioware, ce qui devrait permettre de l’utiliser. Ils permettent aussi d’installer le jeu avec une version autre que celle de GOG.

Rappel : le raccourci ~ correspond à votre dossier personnel et les fichiers dont le nom commence par un point sont cachés. De plus, certaines commandes nécessiteront d’utiliser l’éditeur de texte. Sur les environnements Unity/Gnome, celui-ci est gedit ; si vous utilisez un autre environnement de bureau, remplacez-le par votre éditeur habituel dans les commandes correspondantes : mousepad (Xfce), kate (KDE), pluma (Mate), etc.

Dépendances

Nous aurons besoin d’installer deux paquets s’ils ne le sont pas déjà : innoextract pour extraire les données de l’installeur GOG et SDL en version 32 bits.

sudo apt-get install innoextract libsdl1.2debian:i386

(Si vous êtes encore sur une Ubuntu 32 bits, le paquet s’appellera libsdl1.2debian sans le suffixe :i386.)

Récupération des données

Commencez par télécharger la version 1.69 anglaise depuis votre compte GOG (au moment où j’écris l’article, l’installeur est en version 2.1.0.21 et se présente sous la forme de deux fichiers ; la méthode devrait rester la même si cela change à l’avenir). Une fois que c’est fait, placez-vous dans le dossier pour extraire ses données. À supposer que l’installeur se trouve dans le dossier Téléchargements :

cd ~/Téléchargements
innoextract -g setup_nwn_diamond_2.1.0.21.exe

Après extraction, vous pouvez supprimer les dossiers app, DirectXpackage, tmp et __unpacker. Il restera deux dossiers : game (qui contient les données du jeu) et support (qui contient quelques fichiers de config et notamment la clé CD).

Mise en place

Créez un dossier pour le jeu. J’ai choisi de le nommer nwn et de le placer dans ~/.local/share. Le nom et l’emplacement ne sont pas importants, vous pouvez l’installer où vous voulez et adapter le chemin dans la suite de l’article.

Dans ce nouveau dossier, déplacez le contenu suivant depuis le dossier game extrait de l’installeur de GOG :

  • ambient
  • data
  • dmvault
  • hak
  • localvault
  • modules
  • movies
  • music
  • nwm
  • premium
  • texturepacks
  • chitin.key
  • dialog.tlk
  • xp1.key
  • xp2.key

Placez-y aussi le fichier nwncdkey.ini se trouvant dans le dossier support extrait de l’installeur.

Une fois ceci fait, téléchargez le client Linux et le patch français (si vous voulez jouer en VF) que j’ai repackagés :

Décompressez le contenu des archives dans le dossier créé pour le jeu en remplaçant les fichiers qui existent éventuellement déjà. Attention à extraire les données dans l’ordre : d’abord le client puis le patch français.

Note : le site Neverwinter Vault propose un patch communautaire (non officiel) en version 1.71 qui corrige des bugs et apporte certaines modifications au jeu. Il est disponible à la fois pour la VO et pour la VF. Néanmoins, il ne semble pas fonctionner sur mon installation.

Une fois le client installé, lancez le script fixinstall inclus avec depuis le dossier du jeu :

cd ~/.local/share/nwn
./fixinstall

Lorsque cela est fait fait, vous pouvez lancer le jeu via le script nwn pour vérifier que tout fonctionne :

./nwn

Si c’est le cas, vous pouvez créer un lanceur dans ~/.local/share/applications pour que le jeu apparaisse dans votre menu Applications. Il aura besoin d’une icône. Vous pouvez en chercher une sur Internet ou utiliser celle-ci (à placer dans le dossier du jeu) :

nwn

Ouvrez l’éditeur de texte pour créer le lanceur :

gedit ~/.local/share/applications/nwn.desktop

Copiez le contenu suivant dedans en adaptant les chemins Exec, Path et Icon pour qu’ils correspondent à celui du jeu :

[Desktop Entry]
Name=Neverwinter Nights
Comment=A Forgotten Realms CRPG
Exec=/home/abelthorne/.local/share/nwn/nwn
Path=/home/abelthorne/.local/share/nwn
Type=Application
Icon=/home/abelthorne/.local/share/nwn/nwn.png
Categories=Game

Finalisation (optionnel)

La version Linux de Neverwinter Nights a un défaut majeur : elle ne lit pas les vidéos présentant l’histoire des campagnes du jeu. Les développeurs de Bioware avaient choisi de les encoder au format Bink, qui n’était pas pris en charge sur Linux à l’époque. Le choix a donc été fait de supprimer leur lecture et d’inclure un descriptif sous forme de fichier texte. Le format Bink ayant été géré sur Linux par la suite, un développeur a créé un patch non officiel permettant de réintégrer cette fonctionnalité. D’autres patches ont aussi été créés pour améliorer le client mais sont moins utiles.

Le code source de ces patches est disponible sur GitHub :

  • nwlogger : crée un fichier journal (log) de tout le texte apparaissant dans la fenêtre de discussion du jeu ;
  • nwmouse : intègre la gestion hardware du pointeur de la souris dans le jeu ;
  • nwmovies : rétablit la lecture des vidéos ;
  • nwuser : déplace certains dossiers du jeu dans le dossier personnel de l’utilisateur (~/.nwn) − notamment fichiers de configuration, sauvegardes… − de manière à séparer les données personnelles des données du jeu, ce qui permet en théorie de l’installer proprement au niveau système et d’avoir des paramètres différents pour chaque utilisateur.

La compilation de ces patches étant assez laborieuse, je vous propose une version précompilée. Décompressez l’archive dans le dossier du jeu en remplaçant le script nwn par la version incluse, qui ajoute le chargement des quatre patches. Attention : la première fois que vous lancerez le jeu avec ceux-ci, chaque patch s’initialisera et reviendra à l’invite de commande, donnant l’impression qu’il ne fonctionne pas. Relancez-le plusieurs fois jusqu’à ce que tout soit en place.

Concernant les vidéos, comme j’ai choisi dans cet article d’installer la version anglaise du jeu (plus à jour) et de la patcher en français, elles seront en anglais. Elles sont néanmoins disponibles en français dans la version 1.68 que vous pouvez télécharger depuis votre compte GOG. Vous pouvez en extraire les données (de la même manière qu’à l’étape 2) et copier les vidéos se trouvant dans le dossier game/movies dans le dossier movies du jeu en replaçant les fichiers existants.

Autres versions

Si vous possédez une autre version du jeu que celle de GOG, je mets ici à disposition les versions d’origine du client Linux, qui ne sont plus en ligne sur le site de Bioware et qui peuvent être difficiles à trouver. Vous devrez vous débrouiller pour l’installation, sachant que dans la plupart des cas, il faudra installer d’abord le client en version 1.29 puis la mise à jour en version 1.68 (VF) ou 1.69 (VO) selon ce que vous possédez : « orig » pour le jeu de base, « xp1 » si vous possédez Shadows of Undrentide (SoU) et « xp2 » si vous possédez Hordes of the Underdark (HotU). À noter que le contenu des extensions est cumulatif : si vous possédez HotU, inutile d’installer la version « xp1 », vous aurez seulement besoin de la version « xp2 ».

Enfin, Bioware mettait à disposition l’intégralité des données du jeu en version 1.29. J’ignore pour quelle raison exacte, je suppose qu’elles sont nécessaires pour mettre à jour les données de la version CD d’origine avant d’installer le client 1.29. Elle n’intègrent bien évidemment pas de clé CD, qui reste indispensable pour pouvoir lancer le jeu.

Les fichiers sont les suivants :

Attention : le client d’origine intègre une vieille version de SDL qui pose divers problèmes sur des distributions récentes. SDL pouvant être facilement installé depuis les dépôts Ubuntu, supprimez les fichiers libSDL-1.2.so.0 et libSDL-1.2.so.0.0.5 se trouvant dans le dossier lib.

Jouer en multi ?

Le Master Server de Bioware/Gamespy a été définitivement fermé en 2015. Il existe un projet de Master Server alternatif (nwnx) permettant de contourner le problème mais le patch pour le client, permettant d’avoir accès à la liste des serveurs, n’est disponible que pour Windows. Sur Linux, la seule possibilité semble être la connexion directe à un serveur dont on connaît l’adresse IP. Héberger un serveur est a priori possible, les fichiers du client de Bioware l’intégrant (nwserver) et la partie serveur de nwnx étant disponible pour Linux.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s